La Fondation Olo sonne l’alarme : des facteurs de risques aggravés et un panier d’épicerie plus cher impactent la vie des tout-petits québécois

Isma - Femme enceinteDans le cadre d’un coup de sonde mené sur le terrain par la Fondation Olo, 113 intervenantes offrant le suivi Olo aux femmes enceintes en situation de précarité économique et à leur famille se sont montrées fortement préoccupées par la flambée du prix des aliments (95 %) ainsi que par l’augmentation significative de plusieurs autres facteurs de risque depuis la pandémie.

En effet, accompagnant plus de 5000 nouvelles femmes enceintes chaque année, les intervenantes Olo sont au plus près des familles et de leurs réalités. Les 113 intervenantes ayant participé au sondage ont en grande majorité observé une aggravation de plusieurs enjeux et 89% estiment que les problématiques observées chez les femmes et les familles sont plus complexes depuis le début de la pandémie qu’auparavant.

Un coup de sonde révélateur

Ce coup de sonde auprès de plus d’une centaine d’intervenantes a mis en lumière d’importants facteurs de risque à la hausse et leurs répercussions sur les saines habitudes alimentaires. Ce dernier a également mis au premier plan l’importance du suivi Olo qui pose dès le plus jeune âge les bases pour que chaque enfant puisse avoir des chances égales d’atteindre son plein potentiel.

  • Les facteurs de risques sont plus ou beaucoup plus présents, selon les intervenantes, dans la vie des familles : notamment, l’essoufflement parental (92%), des problématiques de santé mentale (88%), l’absence de réseau de soutien (82%) ou encore l’insécurité alimentaire (76%).
  • Plus de 50% des intervenantes affirment que les familles ont aujourd’hui de moins bonnes habitudes alimentaires qu’avant la pandémie.
  • 88% des intervenantes sondées considèrent que les facteurs de risques (notamment ceux mentionnés ci-haut) ont eu un impact défavorable sur le maintien ou l’acquisition de saines habitudes alimentaires.
  • Suivant cela, il n’est pas étonnant que 95% d’entre elles soient beaucoup plus (36%) ou plus préoccupées (59%) par l’impact du prix des aliments sur le budget des familles pour l’épicerie.
  • Malgré une prévalence inquiétante des facteurs de risque dans la vie des familles, le suivi Olo agit comme facteur de protection dans la plupart des situations notamment dans l’importance du lien de confiance créé par les intervenantes.

Pour consulter les résultats complets du coup de sonde, cliquez ici.

Des impacts à prévoir sur la vie des bébés

Lors des 1000 premiers jours de vie d’un bébé, de la grossesse jusqu’aux deux ans de l’enfant, les saines habitudes alimentaires sont cruciales pour tous les aspects de son développement (cognitif, physique et moteur, social et affectif, langagier). Dès la grossesse, le moment devient plus propice pour initier ou consolider des changements de comportement en vue d’offrir le meilleur au bébé à venir.

Si telle est la raison d’être du suivi Olo, les conditions actuelles entravent l’important travail de prévention que mènent les intervenantes Olo au cours de cette période : une fenêtre d’opportunité qui ne se présentera plus jamais.

« Apprendre à planifier ses repas, à cuisiner, développer ses connaissances en lien avec l’alimentation, découvrir de nouveaux aliments nutritifs et économiques deviennent des gestes extrêmement exigeants à poser lorsque l’on vit d’importantes problématiques sociales en parallèle », explique Julie Deschamps, nutritionniste à la Fondation Olo et animatrice de la communauté de pratiques des intervenantes Olo. « Il demeure que le suivi Olo joue aussi un rôle de filet social en permettant aux familles de se sentir en sécurité, de briser l’isolement ou encore d’avoir une personne de confiance vers qui se tourner, mais la prévention au niveau des saines habitudes alimentaires demeure incontournable. »

Des inégalités sociales exacerbées

La Fondation Olo a pu discuter des résultats de ce coup de sonde avec deux des membres de son comité d’expertes en nutrition et en périnatalité.

Catherine Herba, professeure en psychologie à l’UQAM et chercheure au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, s’est démontrée préoccupée de voir l’ajout d’autant de facteurs de risque, dont plusieurs sont liés à la santé mentale : « S’il est déjà établi que la pandémie a creusé les inégalités, les résultats obtenus par la Fondation Olo l’illustrent et ils nous laissent entrevoir la diversité des réalités des femmes enceintes et leurs familles durant la pandémie. En raison des multiples changements, tant hormonaux que sociaux, la période périnatale est une période de la vie où les femmes peuvent être vulnérables sur le plan de la santé mentale et montrer des symptômes de dépression ou d’anxiété. »

« Ce coup de sonde nous renvoie à l’importance de mieux comprendre l’influence des facteurs de risque sur le déroulement de la grossesse et le développement de l’enfant. Les études comme RESPPA (Résilience et stress périnatal en temps de pandémie dans différentes régions du Québec) sont nécessaires et, à l’instar des intervenantes Olo, il est essentiel qu’elles s’attardent non seulement aux stress vécus par les femmes, mais aussi aux facteurs de prévention et à la résilience dont elles font preuve. », ajoute Cathy Vaillancourt, professeure, spécialiste de la grossesse, à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et directrice du Réseau intersectoriel de recherche en santé de l’Université du Québec (RISUQ).

Des enjeux graves masquent la fenêtre d’opportunité

L’insécurité alimentaire est un obstacle majeur pour manger sainement tout en causant une situation stressante chez les familles. La problématique est un enjeu grave, répandu et surtout plus ancré depuis la pandémie. En avril dernier, encore 17 % des Québécois et des Québécoises vivraient dans un ménage en situation d’insécurité alimentaire (INSPQ).

« Lorsque l’insécurité alimentaire se couple à d’autres facteurs de risque, cela forme un cercle vicieux dans lequel sont enfermées les familles. Devant des problématiques sérieuses qui ont des répercussions à court terme et en auront à long terme, il ne faut renoncer ni à la prévention, ni à la bienveillance pas plus qu’il ne faut sacrifier les saines habitudes alimentaires à d’autres problématiques. Le prix à payer serait trop élevé, individuellement et collectivement. » affirme Élise Boyer, directrice générale de la Fondation Olo, pour qui, investir en prévention pour les tout-petits et les familles sera garant d’une société en santé et, pour reprendre les termes de madame Régine Laurent, d’un « Québec digne de ses enfants ».