La Fondation OLO au-delà des frontières québécoises : une expertise appelée à rayonner pour plus de bébés en santé!

Fondation OLO à Lille : une expertise appelée à rayonner pour plus de bébés en santé!

Le mercredi 19 septembre, Élise Boyer, directrice générale de la Fondation OLO, était l’invitée du Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Lille en France, dans le cadre de l’initiative « 1000 jours qui comptent pour la santé » portée notamment par le Docteur Philippe Deruelle, obstétricien–gynécologue et coordonnateur du centre périnatal à la maternité Jeanne de Flandre du CHRU de Lille.

Depuis plusieurs années déjà, Docteur Deruelle, par des échanges avec des obstétriciens-gynécologues québécois, s’est intéressé à la Fondation OLO, voyant, dans ses actions, une expertise incontournable pour le développement de pratiques cliniques en lien avec la natalité et le développement de l’enfant. Depuis plusieurs mois, il était en contact avec Élise Boyer, dans le but de la faire intervenir durant cette journée de travail.

Dans ce cadre, la directrice générale de la Fondation OLO a eu l’occasion de donner une conférence devant un auditoire spécialisé composé d’une quarantaine de professionnels de la santé, médecins, infirmières, sages-femmes, nutritionnistes, spécialistes en santé publique et évaluateurs de programmes. Cette tribune lui a permis, pendant plus d’une heure, de présenter les actions de terrain de la Fondation OLO, tant dans l’intervention nutritionnelle que dans l’adoption de saines habitudes alimentaires dans les 1000 premiers jours de la vie de l’enfant, et de promouvoir les possibilités d’agir auprès de la clientèle.  

 

1000 jours qui comptent pour la France et le Québec : la naissance d’un enfant comme fenêtre d’opportunité

L’initiative française « 1000 jours pour la santé » vise à faire de la prévention, en réduisant l’exposition des fœtus et des enfants à différents facteurs de risque, pour améliorer leur santé à l’âge adulte. Autour du thème des 1000 premiers jours et du développement de l’enfant de sa conception à ses deux premières années de vie, plusieurs verront dans ce projet le pendant français de « 1000 jours pour savourer la vie » porté par la Fondation OLO.  

Durant cette journée de travail avec les membres de l’équipe des « 1000 jours qui comptent pour la vie », Élise Boyer a eu l’occasion de partager les dessous de l’approche OLO et de nourrir leurs réflexions sur les façons de répondre aux besoins des familles de manière pratique et efficace.

Devant un auditoire intéressé et curieux des pratiques de la Fondation, Élise Boyer a su transmettre l’importance de tels accompagnements pour la clientèle.

Les questions posées par l’auditoire ont couvert différents sujets allant des aspects nutritionnels de l’approche OLO, à l’évaluation et la mise en œuvre en passant par les sources de financement et le lien entre secteur public et secteur privé. Des questionnements autour de la pertinence et du résultat des actions ont aussi été abordés.

 

Plus qu’une conférence, les bases d’un partenariat futur?

Dans l’optique d’une évolution des pratiques et d’une profonde compréhension de la nécessité d’une action de terrain, l’équipe du Docteur Deruelle et les professionnels du CHRU de Lille savent à quel point il est important de passer de la connaissance à l’action.

La venue d’Élise Boyer et la parole délivrée lors de la conférence abondent dans ce sens. Les données, recensées et analysées dans une étude réalisée en 2016 par Catherine Haeck et Pierre Lefebvre, deux chercheurs en économie de l’Université du Québec à Montréal, permettent d’appuyer le propos mais également de témoigner de l’efficacité de l’intervention nutritionnelle OLO sur la clientèle.

Ces données légitiment les actions de la Fondation OLO et créent un intérêt grandissant des praticiens d’autres pays. En venant au Québec, ces professionnels de la santé trouvent en l’approche de la Fondation, un processus intéressant qui pourrait être adapté dans leurs pratiques quotidiennes afind’améliorer la vie de leurs patients.

 

La question se pose alors pour la Fondation OLO : est-ce la genèse d’une collaboration à un projet outre-Atlantique?