Blogue

RecettesAlimentationGrossesseAllaitementBébéJeux et outilsVidéosTémoignagesDossiers

« En tant qu’immigrante, maman et femme, j’avais besoin d’une présence, d’une chaleur humaine »

02 octobre 2020
Fondation Olo | Témoignage | Isma

Au mois de mai dernier, au début de la pandémie, nous avons eu la chance de nous entretenir avec plusieurs femmes enceintes recevant le suivi Olo. Isma, enceinte de 16 semaines, arrivée au Québec en 2017 et installée dans la région de Granby, nous a partagé son quotidien, ses craintes de vivre une grossesse durant la pandémie et aussi l’importance du suivi Olo dans sa vie. En voici le témoignage.

 

Qu’est-ce qui vous a amenée à bénéficier du suivi Olo?

C’est la seconde fois que je bénéficie du suivi Olo. J’ai déjà eu ce dernier pour mon bébé de 1 an (en 2018-2019). Lorsque j’ai eu ma consultation avec mon médecin pour ma seconde grossesse, elle m’a questionnée sur mes revenus. Puisque nous avions de faibles revenus, elle m’a donné une nouvelle référence pour le suivi Olo auprès de mon CLSC. J’ai pu ainsi recevoir le service et rencontrer une intervenante qui s’est avérée être Hélène Roy, la même que lors de mon premier suivi.

 

Comment se passe la relation avec votre intervenante?

Ça se passe très bien! Cela fait à peine deux ans et demi que je suis au Québec. Nous sommes restés un an à Montréal puis, nous avons décidé de venir ici à Granby.

Quand Hélène, mon intervenante Olo, est rentrée chez moi pour la première fois pour mon suivi, ça a été un rayon de soleil qui éclairait mes journées! Elle est pleine d’empathie, et on sent qu’elle aime tellement son travail pour être capable de transmettre ses émotions et ses connaissances comme elle le fait.

Le fait que l’intervenante se déplace chez nous est très positif. En franchissant la porte de ma maison, l’intervenante entre dans ma bulle, elle partage une partie de ma vie familiale, de ma vie privée. Tout en restant professionnelle, cela nous rapproche et crée un très beau lien de confiance. Et aussi, ça nous booste : quand tu sais que l’intervenante vient, tu fais ton ménage, tout est propre! C’est motivant!

 

« Il y a vraiment un avant et un après en ce qui concerne le suivi Olo et ce qu’il nous apporte. Ça m’a beaucoup aidé car j’étais seule à la maison, je ne connaissais personne. Mon intervenante a été à l’écoute sur toute ma vie, pas que pour ma grossesse. Elle m’a encouragée à reprendre des études par exemple. »

– Isma

 

Quel est l’impact du suivi Olo dans votre vie?

Le suivi Olo a été vraiment bénéfique pour moi en tant que nouvelle arrivante. […]  À notre arrivée à Granby, je ne connaissais personne, il n’y avait personne qui venait chez moi. Je me suis intégrée dans la société mais c’est vraiment difficile de trouver des belles relations sociales, des amies. Ma famille est loin. Quand ma mère m’appelle, je la rassure, lui raconte que nous sommes en bonne santé, que tout le monde va bien. Je ne me vois pas lui raconter mes tracas de tous les jours. Elle est loin, elle ne peut rien faire, elle va se sentir impuissante, je ne peux pas faire ça.

Au-delà des coupons alimentaires et des vitamines qu’offrent le suivi Olo, en tant qu’immigrante, maman et femme, j’avais besoin d’une présence, d’une chaleur humaine. C’est le plus important et c’est ce que m’a apporté le suivi Olo.

 

Actuellement, en temps de pandémie, est-ce que cette situation a des conséquences sur votre grossesse?

Bien évidemment car cela nous oblige à rester chez nous. On ne fait pas grand-chose pour se distraire, pour décompresser. C’est comme si notre vie était limitée. Et ça se répercute négativement sur notre santé, notre moral même si j’arrive à surmonter ça. Personne ne peut venir nous voir, on ne peut pas sortir. Je fais très attention car étant enceinte mon système immunitaire est plus affaibli que d’habitude, je suis plus à risque. Le fait qu’Hélène m’appelle, m’amène les coupons et les outils, c’est comme une compagnie rassurante, qui me tend la main, qui m’aide à surmonter cette période difficile et qui m’accompagne durant ma grossesse. Et nous en avons encore plus besoin en temps de pandémie.

 

« L’annonce d’une grossesse, ça commence par un trait sur le test de grossesse et là, la famille déborde de bonheur. Mais, malheureusement le bonheur peut être accompagné par des inconvénients qui apparaissent dans le cycle de la grossesse comme l’épuisement, l’angoisse, le stress, la crainte de l’avenir. Puis, là le suivi Olo est un service très important grâce aux coupons et aux multivitamines mais il nous aide surtout à trouver un équilibre dans les trois sphères, biologique psychologique et sociale. »

– Isma

 

Est-ce que vous vous posez des questions concernant votre accouchement en fonction de la situation actuelle et de son évolution?

Je me pose beaucoup de questions comme combien de temps ça va durer, est ce que la pandémie va être encore là pendant et après mon accouchement, quels sont les risques que je prends à l’hôpital, est-ce que mes enfants pourront venir me voir. Je sais que je vais avoir une césarienne et donc que je vais rester 4 jours à l’hôpital.

Le fait d’être coincée comme ça chez nous, ça fait en sorte qu’on réfléchit encore plus à ces questions parfois stressantes.

Mais mon intervenante m’accompagne vraiment. Même si ce n’est pas dans son domaine direct et son intervention, elle me conseille et me guide vers les meilleures ressources disponibles pour me répondre. Elle m’accompagne dans tous mes soucis, va aller chercher l’information auprès de ses autres collègues.

 

Pourquoi l’action de la Fondation Olo est importante selon vous?

Cela nous aide beaucoup. Comme je le disais, on bénéficie de services qui vont bien au-delà des coupons alimentaires. Le suivi Olo nous offre un accompagnement, un suivi psychosocial qui est très important. Les intervenantes partagent nos soucis de mamans, en lien avec le bébé ou notre entourage. Les intervenantes sont vraiment présentes surtout pour les gens qui vivent de l’isolement ou qui sont nouvellement arrivés. Même pour des personnes bien intégrées à la société, avec un grand réseau social, c’est un service exceptionnel. La Fondation Olo, grâce au suivi et au travail des intervenantes, nous allège d’un poids. C’est une bouffée de fraicheur qui nous fait respirer et nous soulage.

 

« Psychologiquement, il y a une présence, une chaleur humaine qui nous donne de l’assurance. En tant qu’immigrante, mon intervenante et le suivi m’ont aidée à m’intégrer dans la société, à trouver une petite place. »

– Isma

 

Est-ce que vous auriez des conseils pour les autres mamans?

Le chemin de la grossesse est très long et ne se limite pas à l’accouchement, ça se prolonge pour toute la vie. La maman est un pilier de la maison et de la société. Elle donne tellement sans chercher à recevoir ou demander. Elle a besoin d’être soulagée. Il n’y a aucun mal à cogner à différentes portes, à demander de l’aide. C’est bénéfique pour nous, mais aussi pour notre bébé à naître et toute notre famille! Le suivi Olo est très enrichissant car ça nous donne des opportunités d’apprendre de nouvelles choses. J’aimerai dire au mamans qu’il ne faut pas hésiter. Il n’y a que des avantages. Il ne faut pas avoir peur. L’intervenante ne va rien t’imposer.

 

En entrevue à l’émission de Patrick Lagacé

En mai dernier, Isma et notre directrice, Élise Boyer, ont été invitées à l’émission de Patrick Lagacé en ondes au 98,5FM. Vous pouvez réécouter l’entrevue ici.

 

 


Propos recueillis par Patrick Lopez