Bien manger, cuisiner, manger en famille

Fondation OLO | Bien manger

Bien manger

Une alimentation équilibrée favorise le développement optimal du bébé et la santé de l’ensemble de la famille. L’acte de bien manger varie grandement au cours de la période des mille premiers jours, passant de l’alimentation de la mère durant la grossesse à l’allaitement suivant la naissance de bébé, puis aux premiers aliments et, finalement, à l’intégration aux repas familiaux.

– Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité.
– Consommation d’une variété d’aliments.
– Respect des signaux de faim et de satiété.

 

Cuisiner

Cuisiner est un geste que la mère et le père posent pour leur famille. En préparant des plats conçus Fondation OLO | Cuisinerspécialement pour eux et leurs enfants, ils veillent à leur santé et à leur bien-être. Cuisiner réduit les dépenses alimentaires et permet souvent de consommer des aliments de meilleure valeur nutritive.

Exposer et faire participer les enfants, même très jeunes, à la manipulation des aliments et à l’acte de cuisiner est un merveilleux cadeau à leur faire. En étant exposés rapidement à l’acte de cuisiner, ceux-ci ont plus de chances de développer de l’intérêt pour la préparation des mets. Le fait que les enfants observent et participent dans la cuisine contribuerait également au développement de leurs compétences culinaires, ce qui leur donnera de meilleures bases pour leur vie adulte.

– Préparation des repas et des collations à partir d’ingrédients de base frais, surgelés ou en conserve (en limitant la consommation des aliments prêts-à-manger).
– Initiation des enfants dès leur jeune âge à l’observation, à la manipulation et à la préparation des aliments.
– Optimisation du budget en planifiant les repas en fonction des aliments à prix réduit et des restes ou des surplus.

 

Fondation OLO | Manger en familleManger en famille

La prise de repas en famille favorise une alimentation saine et équilibrée en augmentant la consommation de fruits et légumes, de lait et substituts et de produits de grains entiers. Les repas en famille sont également associés à une diminution de la consommation d’aliments prêts à manger, d’aliments frits, de boissons sucrées, de sucreries et de matières grasses.

Ils entraînent des comportements de vie et alimentaires plus appropriés, notamment la prise plus fréquente d’un déjeuner, moins de troubles alimentaires et moins de troubles de consommation de drogue ou d’alcool, tout en réduisant les risques de surpoids et d’obésité.

Ils favorisent une meilleure cohésion familiale en permettant de meilleures relations entre les membres de la famille, en renforçant le sentiment d’appartenance et les valeurs familiales, ainsi qu’en diminuant le stress et les tensions.

Ainsi, les repas familiaux permettent un meilleur développement de l’enfant sur les plans affectif, physique et moteur, social et moral, cognitif et langagier.