Quoi manger et ne pas manger enceinte?

03 mai 2017
  • Partager
Fondation OLO | Quoi ne pas manger enceinte?

Pendant la grossesse, l’alimentation de la future maman en voit de toutes les couleurs : goûts étranges, odorats très sensibles, nausées, appétit variable, etc. C’est normal, car le corps de la femme enceinte vit de grands changements pour permettre à son bébé de se développer. En effet, c’est maman qui doit fournir tout ce dont bébé a besoin.

Comme le fœtus est très fragile, la future maman doit particulièrement faire attention à son alimentation pendant cette période. Des infections alimentaires pourraient nuire à la santé de bébé. C’est pour cette raison que certains aliments doivent être temporairement mis de côté.

 

Remplacer les…Par des…
Certains aliments crus non pasteurisés ou non lavésAliments bien cuits, pasteurisés ou lavés
Viandes, volailles, poissons et fruits de mer crus ou pas complètement cuits
Ex. : tartare, sushis
Viandes, volailles, poissons et des fruits de mer bien cuits
Aliments à base d’œufs crus ou partiellement cuits
Ex : œuf miroir, mousse dessert maison, meringue, vinaigrette césar maison, mayonnaise maison, pâte à biscuit non cuite
Aliments à base d’œufs bien cuits
Charcuteries
Ex. : viandes à sandwich, saucisses à hot-dog
Charcuteries séchées
Ex. : salami, pepperoni
Charcuteries réchauffées jusqu’à ce qu’elles fument
Pâtés à tartiner réfrigérés
Ex. : pâté de foie
Pâtés à réfrigérer après ouverture
Poissons fumés et réfrigérésPoissons fumés cuits ou qui doivent être réfrigérés seulement une fois l’emballage ouvert
Pousses crues
Ex. : fèves germées, luzerne, germes de radis
Pousses cuites
Fromages à pâte molle
Ex. : Camembert, Brie, Feta
Fromages à pâte demi-ferme
Ex. : St-Paulin, Havarti
Fromages bleus ou fromages non pasteurisés
Fromage à base de lait cru
Fromages à pâte ferme pasteurisés
Ex. : Cheddar, Gouda
Fromages à pâte dure
Ex. : Parmesan, Romano
Fromages frais pasteurisés
Ex. : Cottage, Ricotta
Fromages fondus
Fromages qui ont été cuits
Fruits et légumes non lavésFruits et légumes lavés

 

Boissons à risquesBoissons sécuritaires
Jus de fruits non pasteurisésJus de fruits pasteurisés ou chauffés jusqu’à ébullition
Lait cruLait pasteurisé
Boissons alcoolisées
Kombucha
Boissons énergisantes
Boissons sans alcool
Ex. : cocktails non alcoolisés, eau aromatisée, eau gazeuse
Tisanes à base de :
camomille, feuilles d’aloès, tussilage, baies de genièvre, menthe pouliote, écorce de nerprun, grande consoude, thé du Labrador, sassafras, racine de patience, lobélie et feuilles de séné, etc.
Tisanes à base de :
pelures d’orange et d’agrumes, feuilles de framboisiers rouges, gingembre, églantier, mélisse officinale, fleur de tilleul (2 à 3 tasses par jour)

 

On doit aussi porter attention à la quantité de caféine en limitant la consommation à 300 mg par jour. Ça représente 2 tasses de café (250mL) ou 6 tasses de thé. Il faut toutefois faire attention, car plusieurs aliments renferment de la caféine. Il faut donc tous les prendre en considération lors de du calcul. Voici ce que contiennent environ les principales sources :

  • Café, 250 ml (1 tasse) : 100 à 200 mg
  • Café espresso, 30 ml (1 once) : 40 mg
  • Thé, 250 ml (1 tasse) : 50 mg
  • Boissons gazeuses, 1 canette (355 ml) : 40 mg
  • Lait au chocolat, 250 ml (1 tasse) : 5 mg
  • Morceau de chocolat noir, 45 g (1,5 once) : 30 mg

 

Pour le développement de bébé, il est encouragé de manger deux fois par semaine du poisson gras, comme de la truite, du saumon, du maquereau ou des sardines. Pour un total de 150 grammes de poisson par semaine. On recommande toutefois de mettre de côté les gros poissons qui renferment beaucoup de mercure et qui peuvent être dangereux pour le bébé :

  • Thon (frais ou surgelé)
    • Notez que le thon pâle en conserve est sécuritaire
  • Requin
  • Espadon
  • Marlin

C’est vrai qu’il est parfois déchirant de mettre des aliments qu’on aime de côté pendant 9 mois, mais vous pourrez vous reprendre suite à la naissance de votre petit. Ce n’est que plaisir reporté!

 


Rédaction : Fondation OLO

Révision scientifique : Mylène Duplessis Brochu, nutritionniste, Dt.P., M.Sc.